2006-2007 : Homme. Femme. Couple. Famille.

Image mise en avant Cycle 2006-2007

Il y a des femmes, il y a des hommes… Cela relève de l’évidence. Par contre, répondre à la question « Aujourd’hui qu’est-ce qu’un homme, qu’est-ce qu’une femme ? » est beaucoup moins évident.

Les 50 dernières années des rôles bien établis se sont effondrés, les femmes ont pris place dans les domaines publique, professionnel et social. Même la procréation pourra se passer, avec les progrès de la technique à moyen terme, du corps et des fonctions spécifiques de l’homme et de la femme.

Qu’est-ce qui reste comme différence, comme spécificité entre les deux sexes ? Difficile à dire … L’identité d’une personne sera-t-elle de moins en moins définie par son sexe, mais bien davantage par son appartenance sociale, son caractère, le rôle qu’elle choisit de jouer ?

Pourtant il y a toujours des différences qui existent, anecdotiques, mais ô combien révélatrices :

- 70 % des tâches domestiques et parentales sont toujours assumées par des femmes, qui par ailleurs ont un travail salarié.

- Si vous regardez la presse féminine vous remarquerez que les sujets « entre femmes » n’ont pas leur équivalent dans une presse « masculine », à peine émergente.

Les rôles traditionnels, les clichés ont-ils la vie plus dure que nous ne le croyions ?

Nous en reparlerons …

Homme, Femme

Comment faire progresser l’égalité entre hommes et femmes ? Vif fut le débat sous l’influence des mouvements féministes. Aujourd’hui cette égalité semble acquise, même si parfois des débats surgissent, comme autour de la parité en politique. Pourtant le statut, l’image et la représentation de chacun des deux sexes ne cessent d’évoluer en gardant cette tension entre égalité et différence fondamentale des sexes.

Couple, Famille

Les débats des dernières années se sont portés sur ce versant : PACS, couples homosexuels, familles recomposées et monoparentales, filiations problématisées avec les possibilités de la procréation médicalement assisté. A chaque fois ces débats ont été ressentis comme touchant aux éléments fondateurs de notre société.

Où en sommes nous aujourd’hui ?

Ce cycle de rencontres et de débats propose de prendre le temps d’écouter et de réfléchir avec des spécialistes et des acteurs sociaux engagés afin de pouvoir approfondir nos convictions.

D'après la conférence du 19 octobre 2006 – Avec Denis Favennec, professeur au Lycée Michel-Montaigne


Le but de cette intervention fut d’examiner les destins croisés des nus féminins et masculins dans l’art occidental, entre les XVème et XXème siècles.

Réunis innocemment au Paradis Terrestre, jetés ensemble dans la balance du Jugement Dernier, dès la Renaissance les nus des deux sexes sont séparés en tant que figures actuelles et vivantes. À travers l’étude d’un corpus d’ ?uvres significatives, il s’agit d’évoquer l’histoire de ces représentations séparées, et d’en dégager quelques traits remarquables qui en font d’excellents témoins de leurs temps.

Télécharger le compte-rendu de la soirée, par Françoise Oviève

Dans le cadre du cycle 2006-2007 « Homme. Femme. Couple. Famille », le centre Hâ 32 a proposé le 9 novembre 2006 une soirée avec

Cécile Arnaudin, Maître de conférence à l’Université Bordeaux 4

Cécile Arnaudin
Cécile Arnaudin

Le couple est traditionnellement perçu comme la rencontre affective de deux êtres. Il est d’abord une affaire privée.

Pourtant, force est de constater que la société est toujours intervenue pour règlementer, voire pour légitimer l’union de deux personnes. Aussi c’est la définition même du couple qui prête à discussion :

Est-on un couple pour soi-même ou parce que la société le reconnaît comme tel en fonction de critères légaux, sociologiques, moraux qu’elle a établis ?


Conférence du 7 décembre 2006 – Avec Florence Ehnuel, professeur de philosophie et psychothérapeute


Pourquoi l’amour nous tient-il tellement à cœur, nous fait défaut et nous fait souffrir ?
- Y-a-t-il des moyens pour en prendre plus grand soin ?

  • Bibliographie :
    La longue citation de Platon est extraite du Banquet. On peut la lire en ligne ici :
    ou encore ici.
  • Jean-Luc Marion, Le phénomène érotique, Six méditations. Grasset, 2003, 342 pages.
  • L’intervenante est auteur du livre « L’amour conjugué » Ed. La Martinière 2004, ouvrage qui a obtenu le Prix Moron en 2005.

Voici la description du prix (obtenue sur le site de l’Académie Française) :

Le Grand Prix Moron doit, d’après ses statuts, être attribué à une œuvre philosophique qui favorise une nouvelle éthique.


Florence Ehnuel
Florence Ehnuel

Madame Florence Ehnuel, pour son ouvrage L’Amour conjugué, remplit de telles conditions.

Normalienne de formation, elle fut reçue première à l’agrégation de philosophie. Dans son ouvrage, elle se penche sur la question de l’adultère et du lien conjugal. Elle analyse les mensonges et les jalousies dont la cruauté constitua, dans nos traditions, la matière première des romans et des comédies de boulevard. Elle cherche surtout à définir une véritable éthique en cette douloureuse et souvent contradictoire question : comment demeurer fidèle lorsque le partenaire part ? comment rester fidèle encore, en répondant à l’adultère par l’adultère ?

Passionnant et nouveau, admirablement écrit, ce livre clair et maîtrisé propose sans conteste une authentique et courageuse nouveauté en matière de morale.


Télécharger le texte de la conférence au format PDF

Midi-14 avec Florent Vigué du 14 décembre 2006

 

Texte de Florent Viguié à télécharger résumant son intervention au Midi-14h du 14 décembre 2006 :

La fidélité à travers "L’insoutenable légèreté de l’être" de Milan Kundera.

Après la conférence du 15 février 2007 – Avec Marie-France Casalis, ancienne responsable nationale du Mouvement français pour le Planning familial

La place des femmes dans la société a été longtemps, sous toutes les latitudes, assignée à leur fonction procréatrice et reproductrice. C’est la raison pour laquelle on a pu parler de révolution à propos de la mise au point et de la diffusion de méthodes contraceptives féminines efficaces.

La France a été le lieu d’une rude bataille pour faire reconnaître la contraception comme un droit dans un pays où l’influence de la doctrine romaine a lourdement pesé. Mais quelle révolution entre le destin des femmes du début du XXème siècle et celui des femmes d’aujourd’hui !

A partir de cette victoire sur la fatalité il est devenu possible de prendre conscience et de lutter contre d’autres formes de la subordination des femmes au pouvoir masculin.

Après la conférence du 15 mars 2007 – Avec Philippe Lacadée, Psychiatre et psychanalyste

Si on pense qu’il serait dans notre société moderne plus difficile d’être père qu’autrefois, c’est qu’il doit y avoir de bonnes raisons de se demander comment on se sert, un temps, de cette fonction paternelle, pour, peut-être et après, réussir à s’en passer.

On entend dire que les jeunes d’aujourd’hui ne respecteraient plus ce qu’ils devraient respecter. Ils adopteraient des positions ou des mots provocants tout en demandant justement, et parfois jusqu’à la révolte, qu’on les respecte. Il y a là un paradoxe qui est au coeur de cette délicate transition qu’est l’adolescence, le moment où l’enfant doit se détacher de l’autorité parentale.

Mais justement où en est-elle cette autorité ? Est-elle toujours la même qu’autrefois dans ce monde moderne où nos enfants ont accès à un savoir ou à des objets de consommation qui les éloignent du savoir transmis par l’Autre qui devrait prendre soin paternel d’eux. Alors ne nous reste-t-il pas à sauver la possibilité de toujours leur offrir des lieux où ils peuvent s’entendre parler de ce qui fait leurs souffrances modernes ?

Après la conférence du 3 mai 2007 – Avec Chantal Blayo, Démographe à l’Université Bordeaux 4

Quelques questions qui vont guider l’intervention :

  • Quelle a été l’évolution de la fécondité les dernières 50 années en France et en Europe ?
  • Quels ont été les facteurs déterminants de cette évolution ?
  • Quelle est l’influence des politiques familiales ?
  • Peut-on constater une exception française par rapport aux autres pays européens ?

Chantal Blayo est professeur de démographie, et responsable de la formation doctorale en démographie à l’Université Montesquieu - Bordeaux IV.

Après la conférence du 25 mai 2007 – Avec Michel Serres, philosophe


Les sociologues pensent aujourd’hui que les trois révolutions sur la famille sont : la pilule contraceptive, le divorce et le sida. Michel Serres essayera de démontrer l’importance de trois révolutions intervenues il y a fort longtemps dont une concerne le christianisme...

Projection - rencontre au Cinéma Jean Vigo 6,rue Franklin à Bordeaux du 30 mai 2007 – un film de Serge Roullet (FR - 2007 - 1h30)


Avoue que tu mens - Film de Serge Roullet (2007)Claudia a été recueillie par son oncle André, propriétaire terrien. La famille l’exploite et elle manie la provocation. Gabriel, le frère d’André, n’a pas été indifférent à sa nièce. Quand il apprend que la jeune fille s’est noyée et qu’une rumeur laisse entendre que ce n’est pas un accident, il va à la recherche de la vérité. Sur la piste de Claudia, Gabriel découvre que tout le monde ment et qu’il se ment à lui-même. Quand à son tour il est trompé, il ne se retrouve que dans une étrange échappatoire…

Cinéaste, Serge Roullet n’est pas un « professionnel de la profession », mais un artiste éclairé porté par un style. Le cinéma n’est pas son métier. Dans la vie, il est propriétaire-vigneron et négociant en cognac. Pour cet ancien assistant du maître Bresson sur son Procès de Jeanne d’Arc, le cinéma est un art du dépouillement, mettre en scène consiste pour lui à traduire le monde dans un plan. Non pour l’y enfermer, mais pour mieux l’éclairer du dedans. Minimalisme et épure. Avec le hors-champ qui palpite à la lisière… Il a notamment réalisé une brillante adaptation du Mur de Sartre en 1965, Benito Cereno (1971) ou encore Le voyage étranger (1991).

Après le samedi théologique du 9 décembre 2006 – Avec Katharina Schächl, théologienne du service de formation Théovie

Familles dans la Bible

Katharina Schächl
Katharina Schächl

« La Sainte Famille »... les représentations de la famille/des familles dans la Bible battent en brèche cette image idyllique qu’a cherchée à forger la tradition. Et pourtant, en quête de repères pour aujourd’hui, n’est-ce pas vers la Bible qu’il faut se tourner ? La surprise est garantie ! Doit-on pour autant laisser de côté ce qu’en disent ces vieux textes ?

Accéder aux ressources de TheoVie.org

 

Quelques notes prises lors de la conférence de Katharina Schächl

Après le samedi Théologique du 10 février 2007 – Avec Elian Cuvillier, Professeur de Nouveau Testament à la Faculté de Théologie protestante de Montpellier

Dans l’Ancien Testament l’individu est principalement compris à partir de ses origines biologiques ou ethniques. Dans le Nouveau Testament, ce qui fait l’individu est enraciné sur une autre origine : une généalogie et une paternité spirituelles qui fondent un autre rapport à la famille.

Le Christ est le lieu par excellence où s’incarne ce déplacement fondamental qui contient, en lui-même, une dimension profondément critique donc aussi libératrice des modèles familiaux anciens et modernes.

Familles je vous aime… familles je vous hais

Un parcours biblique autour du couple et de la famille

Je vous propose un parcours biblique qui partira de l’AT pour aboutir au NT, parcours dont le fil rouge sera la question du couple, des enfants en lien avec Dieu, la communauté des hommes et la communauté de foi.

1e étape : Adam et Ève : le mythe fondateur du couple

2e étape :Abra(h)am et Sara(ï) : le long chemin de l’altérité

3e étape : Ruth et Booz : L’a-venir du désir

4e étape : Généalogie et naissance de Jésus. La famille éclatée

5e étape : Jésus et la Samaritaine. Une femme dévoilée

6e étape : Priscille et Aquilas

La matinée s’est organisée autour de l’exposé d’Elian Cuvillier

in neque. sit ut id commodo felis Lorem elit. Donec adipiscing